mercredi 9 novembre 2011

Dimanches d'août. Présentation du roman de Patrick Modiano

La couverture illustrée
par Pierre Le-Tan
Dimanches d'août est un roman de Patrick Modiano.

Première publication : Gallimard, collection blanche, 1986, 168 pages.
Repris en 1989 en collection Folio (n°2042), avec en couverture une illustration de Pierre Le-Tan.
Traduction en allemand (
Sonntage Im August, ed. Suhrkamp, 1991)

Présentation par l’éditeur
"Pourquoi le narrateur a-t-il fui les bords de la Marne avec Sylvia pour se cacher à Nice ? D'où vient le diamant la Croix du Sud, la seule chose dure et consistante de leur vie et qui, peut-être, leur porte malheur ? De quoi est mort l'acteur populaire Aimos ? Qui sont les Neal, et pourquoi, de leur villa délabrée, s'intéressent-ils de si près à Sylvia, au narrateur, à la Croix du Sud ? Et Sylvia ? A-t-elle été l'épouse de Villecourt ? Et Villecourt ? Que vient-il faire à Nice, lui aussi, à l'heure de sa déchéance ?...
À travers toutes ces énigmes qui s'entrecroisent, un roman d'amour se dessine, empreint d'un charme qui hante le lecteur pendant longtemps."

(texte de la dernière de couverture)

Dédicace :
"Pour Jacques Robert
Pour Marc Grunebaum"

Marc Grunebaum a été assistant réalisateur sur les films Staircase (1969), Le Clan des Siciliens (1969), Le Casse (1971), Un flic (1972), Peur sur la ville (1974), Lacombe Lucien (1974, scénario de Louis Malle et Patrick Modiano) et Le Locataire (1976). Il a réalisé lui-même un film, L’adoption (1979).
Il est mort d’une crise cardiaque en septembre 1985, quelques mois donc avant la publication de Dimanches d’août, alors qu’après des années de bataille pour faire aboutir son projet, il était sur le point de tourner son deuxième long métrage, La Valse aux adieux, d’après le roman de Milan Kundera. Il avait quarante-trois ans.

L’histoire du diamant la Croix du Sud, au cœur du récit, est visiblement inspirée en partie d’un épisode de la vie du père de Patrick Modiano, Albert Modiano.
Dans Un pedigree, son livre le plus autobiographique, Modiano évoque une des relations d’Albert Modiano pendant l’Occupation, le banquier italien Georges Giorgini-Schiff : « Mon père lui a acheté un très gros diamant rose, la « croix du Sud » qu’il tentera de revendre après la guerre, quand il n’aura plus un sou. »

Manuel Poirier a tiré de ce roman un film en 2000, sous le titre Te quiero. L’histoire est transposée à Lima, au Pérou.

Personnages cités : Raymond Aimos, Paul Alessandri, B. Balmaine, Philippe de Bellune (dit de Pacheco), Jules Berry, M Condé-Jones, René Dary, Errol Flynn, Jimmy Gaillard, Mme Garac, Sylvia Heuraeaux, Jean (le narrateur), René Jourdan, Serge de Lenz, "M et Mme Neal", E. Virgil Neal, Louis Pagnon, Préjean, Jean Terrail, Frédéric Villecourt, Mme Villecourt.

A lire à propos de Dimanches d’août :
-Le Nice de Modiano, par Paul Gellings.
-Les Livres ont un visage, de Jérôme Garcin, Mercure de France, 2009, 238 p.
Le journaliste et critique littéraire y raconte ses rencontres avec 27 écrivains, dont Patrick Modiano, interrogé à l'occasion de la sortie de Dimanches d'août. Le texte dépasse ce seul roman pour raconter plus largement le personnage Modiano, à travers notamment ses appartements successifs.
-Dans la peau de Patrick Modiano, de Denis Cosnard, Fayard, 2011.
Un chapitre de cet essai est consacré aux lieux des livres de Modiano, en particulier à ceux de Dimanches d’août, et au véritable Virgil E. Neal qui a inspiré l’écrivain.



La traduction allemande du roman

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire