samedi 1 mars 2014

Remise de peine analysé par Emna Beltaïef



Une monographie consacrée à Remise de peine, l'un des récits les plus poignants de Patrick Modiano, vient de paraître. 
Elle est signée par Emna Beltaïef, qui est professeur de littérature française à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, et a déjà consacré plusieurs articles à Modiano.

Clair et écrit très lisiblement, cet ouvrage analyse en détail 
Remise de peine, notamment la façon dont ce récit publié en 1988 se rapproche du conte de fées. 
Il établit des liens intéressants entre ce livre et d'autres textes de l'auteur, notamment Dieu prend-il soin des boeufs?, considéré d'une certaine façon comme une  "réécriture" de Remise de peine
Cette étude propose aussi un décryptage pertinent de la très poétique liste de 31 garages qui figure dans le livre de Modiano. 

L'ouvrage d'Emna Beltaïef n'est cependant pas totalement convaincant. La thèse principale est que Remise de peine relève de l'autobiographie. Il s'agirait du "premier volet d’un diptyque autobiographique: un récit d’enfance placé sous le signe d’une nostalgie nourrie par la présence de la figure fraternelle et une autobiographie officielle, Un pedigree, qui, à l’inverse, rompt avec l’héritage familial."
Or, toute une série d'éléments montre que ce récit n'est pas une pure autobiographie : plusieurs noms de personnes ont été changés, plusieurs noms de lieux aussi, l'écriteau "Propriété réquisitionnée par l’Armée américaine pour le brigadier général Franck Allen" qui se trouvait dans la réalité à Barbizon a été déplacé vers le village inspiré de Jouy-en-Josas qui sert de cadre à Remise de peine, etc. 
Plus qu'une autobiographie, ce texte sans statut générique établi semble constituer une autofiction, un texte nourri d'éléments tirés de la réalité auxquels l'écrivain ajoute une dose de brouillard, et qui laisse le lecteur en proie à un délicieux doute :  le narrateur Patoche est-il vraiment Patrick Modiano? S'agit-il d'une fiction, d'une autobiographie?

Emna Beltaïef formule par ailleurs l'hypothèse que la "Andrée K." de Remise de peine serait "bel et bien la même personne" qu'Andrée Roger, dite Lydia Rogers, la maîtresse de Guy de Voisins qui apparaît dans d'autres ouvrages de Modiano. Mais rien ne vient justifier cette identification. Comme l'ont souligné plusieurs autres critiques (Denise Cima, Jules Bedner, Alan Morris), cette "Andrée K" renvoie plutôt à Andrée Karvé, qui figure dans De si braves garçons et Quartier perdu


Remise de peine, de Patrick Modiano. Voyage au pays de l'enfance, par Emna Beltaïef.
288 pages
Editions L'Harmattan, mai 2013.
Prix: 33 euros, 35 euros hors Belgique et France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire